Déclusion

En début de séance, la phase d’inclusion, permet de faire le pont entre la vie quotidienne de chacun et le sujet de la rencontre. La phase de déclusion marque à son tour la fin de l’espace-temps du collectif.
Même si d’autres séances suivent, il est important de clôturer chaque rencontre pour permettre à chacun d’exprimer son état d’esprit ou son ressenti.
Refusons tous cette désagréable habitude de sortir d’une rencontre ou d’une réunion avec le sentiment d’inachevé !

Le temps de déclusion agit sur la dynamique de groupe et aussi la place de chacun. Ainsi, elle peut se réaliser en deux temps : expression individuelle et activité collective.

La phase de déclusion favorise l’ancrage des connaissances acquises pendant la formation. L’activité consiste à proposer une narration des différentes étapes franchies puis de consacrer un temps individuel pour que chacun puisse imaginer des applications pédagogiques possibles avant de les partager en collectif. L’ouverture aux applications pédagogiques peut être traitée dans les différents temps de debriefing d’activité.

La déclusion peut être l’occasion d’exprimer trois aspects :
  • ce que je retiens/mon coup de cœur,
  • ce qui serait à améliorer
  • et expression libre.

Ce temps peut être suivi d’une courte activité collective pour prendre en compte l’énergie du groupe.

Remarque :
un bilan a postériori peut également être proposé aux participants pour évaluer la formation. Dans ce cas, les retours sont généralement différents de ceux exprimés "à chaud".

Et en guise de conclusion !

Contrairement aux idées reçues, la créativité est une démarche exigente et de longue haleine. Elle nécessite de trouver la posture adaptée, de jongler entre différents modes cérébraux, de s’approprier des méthodes et outils, d’en expérimenter sans cesse de nouveaux... Cependant une fois les mécanismes intégrés, la démarche révèle tout son potentiel.

Pour les enseignants, elle offre la possibilité d’expérimenter la posture du facilitateur. Ainsi les étudiants travaillent en situation active, voire en posture d’acteur, pour trouver collectivement des idées nouvelles et adaptées à une problèmatique. Ils développent alors des capacités et des compétences particulières, qui font aujourd’hui l’objet de travaux au sein de la communauté Promising.

Enseigner avec des méthodes créatives ne veut pas dire « ne rien faire », ou « les étudiants font tout ! »
La posture d’enseignant-facilitateur implique des savoirs, savoir-faire et savoir-être qui sont non seulement propres à ces deux métiers mais aussi à leur hybridation. Les démarches de créativité ne sont pas synonymes d’absence de cadre et d’objectif, bien au contraire. Plus l’objectif est clair plus les participants pourront solliciter leurs ressources créatives et accepter de sortir des ornières de la pensée convenue.

Le petit + : une courte vidéo intégrant les photos des deux jours a été réalisée au fil de la formation et projetée lors de la déclusion. Une petite surprise très appréciée qui permet de garder une trace en image de la dynamique du groupe et à chacun d’avoir une vision globale de la formation.