Enseigner (par) la créativité à l’université

La créativité est une capacité humaine, utile quand on fait face à un problème à résoudre, ou un désir à accomplir, et que l’on n’a pas de manière immédiate la connaissance ou les outils pour le faire. Faire preuve d’imagination permet d’inventer des réponses à ce problème.

En neurosciences, la créativité est définie comme une capacité à produire quelque chose qui soit à la fois original (nouveau, inhabituel) et approprié à un contexte (utile, adapté).

Ce lien entre la pensée créative et l’imagination a été théorisé par Alex Osborn, l’inventeur du Brainstorming, dans son ouvrage « Applied imagination » de 1953. Il explique que l’enjeu n’est pas d’utiliser telle quelle la première idée qui émerge mais bien de s’écarter des routines cognitives et des schémas de pensée habituels, basés sur la réutilisation de solutions connues, pour explorer de nouvelles alternatives. Cette mécanique suppose un effort cognitif qu’il est nécessaire d’accompagner.

La créativité en pédagogie n’est ni l’alpha et l’oméga pour restaurer la motivation des enseignants, ni le dernier gadget pédagogique à la mode importé du monde des consultants. La créativité correspond à un ensemble d’opérations mentales individuelles mais aussi à des processus collectifs. Elle permet de travailler en mode projet dans des contextes incertains et ambigus pour produire du nouveau. En situation pédagogique, on mobilise la créativité quand on a besoin que les étudiants imaginent des manières de répondre à un problème ou un objectif, de réaliser un projet. A contrario la créativité n’a pas de sens lorsqu’ils doivent résoudre un problème pour lequel la solution est connue de l’enseignant ou lorsque l’enseignant sait exactement où il veut amener les étudiants. Dans ce cas, le problème est construit avec les étudiants : c’est l’exercice bien connu de problématisation à partir d’une situation plus ou moins ambiguë.

.

La créativité dans l'enseignement supérieur - Promising