S’il fallait retenir un seul ingrédient assurant la réussite de ces challenges, ce serait celui qui permet à l’étudiant de quitter sa posture habituelle «d’étudiant» en l’engageant dans un processus pluridisciplinaire créatif à même de développer sa capacité à coopérer et à s’ouvrir à de nouveaux savoirs.

Un tel processus suppose de prendre en compte plusieurs contraintes fondamentales :

La contrainte temporelle

le format particulièrement court d’un challenge (sur 3 jours) nécessite en effet de pouvoir ancrer très rapidement les étudiants dans un domaine de connaissances pour lequel ils présentent des niveaux de savoir très diversifiés (de novice à doctorant). Cette contrainte les amène également à conditionner leur réflexion de manière optimale et prioriser leur apprentissage pour accéder efficacement au domaine de connaissances visé.

La mobilisation des espaces

Hackathon, mobilisation des espaces

Les espaces sont une véritable ressource au service de la dynamique et de l’apprentissage du groupe. Il faut donc trouver le bon équilibre dans leur utilisation. Il ne faut n’y sur-utiliser l’espace ni le sous-estimer. Un espace utiliser à bon escient permet d’optimiser l’engagement des participants.
« La temporalité courte du challenge est une contrainte mais aussi une opportunité pour stimuler le processus d’apprentissage des participants »
Cette tension entre opportunité et contrainte génère ici une expérience immersive qui permet de favoriser l’engagement des étudiants, invités ainsi à se défaire de leur posture d’étudiants et devenir les participants d’une aventure pédagogique, présentée et conçue comme telle.

« Cet atelier m’a montré des manières d’éveiller ma créativité à travers des moyens originaux » Jordan, étudiant en Master Informatique

Une expérience immersive

Ce procédé d’immersion a notamment été mobilisé à plusieurs stades de la scénarisation :

Dès l’accueil avec l’usage d’un decorum adapté au thème du défi. Ce fut le cas par exemple dans le cadre du challenge sur le New Space1 : tapissage des murs par de l’aluminium, suspension au plafond de satellites en papier, effets sonores légers, animateurs en uniformes (ce faisant, l’équipe était directement identifiée par les participants).

Hackathon, le décorum

Lors de la phase d’idéation
« L’immersion pédagogique, même esthétisée, constitue un atout pédagogique majeur pour renforcer l’apprentissage des participants ».

le procédé d’immersion a également été mobilisé avec une attention portée à chaque étape de la méthode créative utilisée (Creative Problem Solving, CPS).
Par exemple, la « purge » des idées générées lors de la divergence, a donné lieu à la diffusion d’une animation vidéo. Cette vidéo représentait un «trou noir» par le biais duquel les idées disposées sur les paperboard des équipes étaient aspirées.
En créativité la purge des premières idées peut se pratiquer pour optimiser le potentiel d’innovation.
Que ce soit dans les espaces d’accueil ou de travail, l’immersion peut favorablement être nourrie par l’exposition de ressources liées au sujet (photos, maquettes, films, objets divers).
Quand l’espace le permet, les ressources peuvent être mises en scène et exposées de façon à « animer » une déambulation physique, capable de matérialiser, et signifier par le mouvement, le procédé même d’immersion dans le sujet.

Selon les thèmes du challenge, l’immersion et la scénarisation ont pu être accompagnées d’artefacts sonores (voix du commandant de bord dans le cas du New Space…) ou de ressources physiques adaptées au thème (appartement HLM dans le cadre du challenge sur le numérique dans le Logement Social).

Au-delà de la valeur esthétique, l’immersion permet aux participants de se sentir pleinement acteurs du processus et optimise ainsi leur engagement et la motivation qu’ils vont mettre dans la réflexion et la construction collective d’une proposition de valeur.
 
1- Le New Space désigne le développement d’un accès low-cost et public à l’exploration spatiale faisant suite à l’émergence d’une industrie spatiale d’initiative privée (on cite régulièrement Blue Origin de Jeff Bezos ou SpaceX d’Elon Musk comme fers de lance de ce mouvement industriel).