Les étudiants de Master « Administration et action publique, technique, sciences et décisions » de l'IEP
Les étudiants de Master « Administration et action publique, technique, sciences et décisions » de l'IEP
Présentationinnovation pédagogique

Gratianopolis : the city of the future

le 29 janvier 2019
Imaginer une utopie de Grenoble, innovante et durable, avec un million d’habitant en partant de l’ancienne cité de 1789. Voilà la commande que Nordine Hocine, professeur d’anglais à Sciences Po, a passé à ses étudiants de Master « Administration et action publique, technique, sciences et décisions ».

Un cours d'anglais sur un mode projet


Formé à la créativité, Nordine Hocine a donné à ses étudiants l’opportunité de s’investir dans un projet. C’était pour eux l’occasion de pratiquer l’anglais en grande autonomie et de transférer leurs compétences au sein d’une thématique professionnelle.

"C’est la première fois que je participe à un cours d’anglais comme celui-ci. Comme le projet nous passionnait, nous parlions de quelque chose qui nous concernait, sur lequel nous avions lu des choses en amont. Du coup c’était plus intéressant." témoigne Arina SUSA, étudiante de Sciences Po.

Du learning by doing

Organisés autour de cinq pôles de développement, ces étudiants ont eu 15h pour inventer le Grenoble idéal et le prototyper grâce à l’appui de Germain Lemasson du fablab FabMSTIC qui les a accueillis et conseillés (en anglais également).
Les étudiants de l'IEP au FabLab MSTIC

"Nous sommes partis du modèle de la fleur avec l’idée d’avoir toujours l’éducation au centre qui unit l’ensemble, décrit Arina. Pour éviter les écueils habituels d’éloignement centre/périphérie, d’utilisation de transport polluant et pour optimiser l’espace, nous avons imaginé un modèle composé de 4 fleurs, véritable écosystème de 250 000 habitants. Chaque fleur a un centre administratif, industriel et un ensemble éducatif, elle-même décomposée en petite fleur de 25 000 habitants allant jusqu’au pétale à 250 habitants. Le pôle agro écologique se situe quant à lui sur l’extérieur et peut-être rejoint grâce à un hyperloop."


Projet des étudiants de l'IEP

Une immersion pour parler anglais comme en milieu professionnel

J’ai essayé de leur faire comprendre qu’il n’y a pas de posture d’expert « a priori » et que l’on peut s’investir dans n’importe quel domaine à partir du moment où l’envie est là, nous explique Nordine. Il est aussi important que les étudiants voient l’anglais comme une langue de travail, peu importe leur niveau et non juste comme une langue apprise à l’école.

« Apprendre l’anglais dans ces conditions donne une liberté, dans une langue qui est déjà très libre, qui est en mouvement. C’était donc très pertinent de créer toute cette effervescence pour, ensuite, nous faire parler ! »
se réjouit Arina SUSA

Un projet transdisciplinaire mixant des étudiants de l'IEP et d'urbanisme

Le jour de la restitution finale, mercredi 19 décembre 2018, les étudiants du Master 1 « Urbanisme et projets urbains » de l’Institut d’Urbanisme de Grenoble Alpes (IUGA) sont venus en observation avec leur enseignante Natacha Seigneuret.

Les objectifs étaient d’échanger en anglais sur la proposition des étudiants de l’IEP ; de promouvoir l’interdisciplinarité et de nourrir la réflexion de tous sur les enjeux de la ville de demain.

« C’est intéressant de voir comment les étudiants de l’IEP voient le monde idéal et comment nous, urbanistes, on peut s’en approcher » conclu un étudiant de l’IUGA.

« Dans un monde en profonde mutation où les transitions numérique et écologique sont des enjeux primordiaux, tous les territoires doivent s’adapter et chercher des moyens pour se transformer. Il était intéressant d’écouter d’autres étudiants, proposant en anglais, une utopie urbaine souvent marquée par l’apparition de nouvelles formes d’intelligences artificielles, le développement d’une économie collaborative et l’émergence de nouvelles manières de vivre, de travailler et de se déplacer» complète une étudiante de l’IUGA.

Localisation

Saint-Martin-d'Hères - Domaine universitaire
Mis à jour le  30 janvier 2019