Carole Fougairolle
Promising - Portrait Carole Fougairolle 2018
Présentationinnovation pédagogique

Carole Fougairolle, la créativité pour l'insertion professionnelle

18 mai 2018
Carole Fougairolle, jeune et dynamique professeur de marketing à Valence, a pris les rênes de la créativité dans son IUT. Depuis les champs valentinois, jusqu’à l’insertion professionnelle, elle emprunte les techniques de Promising et met la créativité à toutes les sauces.
"Embarquement immédiat." C’est l’inscription que les étudiants de l’IUT de Valence découvrent, dans leur centre de vie pour suivre leur PPP, un barbarisme pour désigner un séminaire "Projets personnels et professionnels". Si, d’habitude, les "cours" sur l’insertion professionnelle sont anxiogènes, Carole Fougairolle, professeur de marketing, a décidé de les dédramatiser. Le lieu a été décoré style "aéroport international" : d’anciennes cartes et des photos de vacances à la plage ornent les murs. Au centre de la pièce se trouve un sac rempli de citations inscrites sur des badges. "Ils doivent l’accrocher sur le dos d’un collègue, puis retrouver leurs citations sœurs. Cela leur permet de parler d’eux et de leurs qualités", explique la professeur qui utilise des techniques venues tout droit de Promising.

Ce PPP organisé à l’IUT doit aider les 114 élèves "à réfléchir sur leurs souhaits professionnels. Ou du moins, à penser aux formations nécessaires pour atteindre leur rêve", précise-t-elle.


Le projet personnel et professionnel sauce Promising


Pour commencer, Carole Fougairolle n’a pas réussi seule. "Il y a 4 ans, je m’en suis saisi et il y a deux ans j’ai cherché d’autres partenaires - CIO Sup de Valence, le Centre de Santé de valence et Nathalie Lorrain - pour personnaliser encore plus l’accompagnement des jeunes", se remémore Carole Fougairolle. "Et nous avons imaginé un séminaire sur le thème du voyage où leur PPP est envisagé comme une odyssée dans le monde du recrutement. Pendant deux jours, les étudiants sont en immersion. Cela leur permet de ne pas être tiraillés avec d’autres cours."

La créativité c’est aussi d’imaginer des dispositifs mélangeant les genres afin d’obtenir un séminaire dynamique, qui alterne entre ateliers, conférences et activités ludiques comme le théâtre d’improvisation.

Les étudiants ont aussi pu expérimenter cette méthode, qui pourra faciliter leur insertion professionnelle, en cherchant et en verbalisant leurs compétences (savoir, savoir-faire et savoir-être). Un autre atelier de recrutement concerne les métiers imaginaires et laisse deviner des dialogues croustillants entre étudiants, autour d’une annonce de "coupeur de glaçons" ou de "chasseur de rêve". Cela leur permet surtout de s’habituer à interagir dans le cadre d’un entretien.

La découverte du programme "créativité"

Cela m’a permis de trouver une bouffée d’oxygène dans la pratique de mon métier et rejoindre une communauté composée d’une multitude de disciplines
L’imagination de Carole Fougairolle semble débordante. En effet, elle intervient à l’IUT sur les questions des modèles transversaux et de la conduite de projet. Un background idéal pour Promising. "Lorsque j’ai reçu le mail évoquant la formation Promising, j’ai foncé, même si je ne savais pas trop à quoi cela allait servir". Cela m’a permis de trouver une bouffée d’oxygène dans la pratique de mon métier et rejoindre une communauté composée d’une multitude de disciplines. "Il y avait tout : de l’urbanisme, de l’histoire de l’art, de la psychologie, etc. Cela permet de voir les choses d’une manière différente puisqu’à Valence, il y a plutôt des professeurs de l’IUT et de l’IAE." Surtout, elle y découvre "une vraie communauté, avec une envie d’apprendre. D’autant plus que je me pose la question de comment enseigner autrement depuis longtemps."

Ainsi, sa vision de l’enseignement diverge de la plupart de ses collègues, mais converge avec Promising : "l’on constate que le public change et que les personnalités des étudiants se modifient. Il nous faut donc être adaptables, afin de transformer nos cours et de leur donner du sens." La professeur, qui a été éduquée de manière stricte, veut transmettre autre chose et avec d’autres outils. Certes, elle en convient : le chaudron créatif de Promising intègre "de fortes personnalités. On ne pense pas les mêmes choses mais on est dans l’ouverture et la singularité de chacun est écoutée, appréciée et donne naissance à de beaux projets collectifs."

Carole Fougairolle

La créativité s’explique

Après ses stages Promising, elle importe à Valence les techniques de créativité. Cependant, elle ne s’attendait pas à devoir faire œuvre de pédagogie avec l’administration : "souvent, je fais mes cours pour mes étudiants, et je ne pense pas toujours à communiquer sur ce que l’on fait." Elle poursuit : "on doit expliquer et démontrer la pertinence de l’utilisation de la créativité dans nos cours auprès de l’administration. Heureusement, cela commence à infuser ici à l’IUT, notamment par le biais de Promising."

Ainsi, preuve que la créativité s’infiltre à Valence : une salle équipée de chaises à roulettes "créatives" vient de faire son apparition. Mais Carole sourit : "je trouve que la chaise ne fait pas tout. Je m’en moque gentiment, parce que je suis créative quel que soit le contexte et les objets à disposition. Parfois, simplement en installant les tables en début de cours, en forme d’îlot, on se met dans une posture de créativité. En fait, la créativité est cette capacité à rebondir, dans l’état émotionnel où l’on se trouve."

Rebondir ? "Par exemple, lorsqu’un jeune n’a pas son école de commerce rêvée. Est-ce la fin du monde ? Évidemment, non ?", s’exclame-t-elle, en aidant les étudiants sur des alternatives grâce au process de créativité.

Hormis le PPP, Carole Fougairolle a aussi des cours de créativité à part entière, comme avec sa classe de DUT. "Le dernier thème traité concernait, là encore, l’insertion et l’orientation des jeunes." Ainsi, par la technique du CPS (Creative Problem Solving), elle amène les étudiants "vers plusieurs options, plutôt que sur une seule. Notre cerveau sort de situation qui le plombe parfois", assure-t-elle.

L’inspiration des champs

Et pour transmettre sa créativité à ses étudiants, elle n’a nul besoin de grands écrans tactiles. Il lui suffit de "les déranger. Comme nos étudiants sont formatés — on leur a dit qu’ils seraient évalués sur des compétences techniques — moi, je les sors de cette zone de confort. Je ne les juge pas seulement sur ce qu’ils savent, mais surtout sur leur capacité à avoir un esprit critique et innovant, à oser." L’innovation peut d’ailleurs se retrouver un peu partout dans ses cours, jusqu’aux événements les plus anodins. Ainsi, lors des beaux jours, "on commence un cours dans la salle. Et puis on peut se mettre dehors, dans les champs autour du bâtiment."

Une liberté dont se sont saisis les étudiants, sans que tout leur soit permis. Carole Fougairolle conclut dans un sourire : "je garde des règles. Mais comme j’ai institué un climat de confiance et de respect. Maintenant, c’est eux qui demandent à sortir dans l’herbe."

------------------------
Article rédigé par Charles Vonnils

Mis à jour le  17 juillet 2018